La psychothérapie, pour qui, pour quoi ?

La psychothérapie, pour qui, pourquoi ?

Enfants, adolescents ou adultes ?

Les psychothérapies sont destinées tant aux enfants qu’aux adolescents et adultes. Elles s’adressent aussi parfois aux familles dans leur ensemble. Il n’y a pas d’âge minimum ou maximum pour débuter une psychothérapie.

Pourquoi entamer une psychothérapie ?

Anxiété, phobie, dépression, troubles du comportement, problèmes relationnels privés, professionnels, scolaires ou familiaux… les raisons sont nombreuses pour vouloir débuter une psychothérapie. Le point commun de ces divers problèmes est la souffrance qu’ils peuvent engendrer et l’impact parfois envahissant dans la vie quotidienne, familiale, professionnelle, sociale…

La consultation

Je consulte uniquement en pratique privée, rue Marianne 12 à 1180 Bruxelles. La consultation se déroule toujours dans un cadre de confiance et de respect mutuel et bien entendu dans le cadre de la confidentialité. Elle constitue un lieu d’échange entre le patient et son thérapeute.

Les problèmes traités

  • Phobie sociale : timidité, peur du regard des autres,…
  • Phobies spécifiques : avion, animaux, peur du noir…,
  • Phobies scolaires
  • Troubles obsessionnels compulsifs,
  • Attaques de panique,
  • Stress post-traumatique,
  • Syndrome d’anxiété généralisée
  • Gestion de l’anxiété et de la douleur liée à un soin médical
  • Troubles du sommeil : insomnies, cauchemars, terreurs nocturnes,…
  • Douleurs chroniques : migraines, céphalées de tension, douleurs abdominales,…
  • Enurésie , encoprésie
  • Troubles alimentaires : anorexie, boulimie, évitements alimentaires
  • Dépression, troubles bipolaires
  • Déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)
  • Troubles du comportement : colère, opposition, provocation, rejet social,…
  • Problèmes relationnels et familiaux
  • Problème de confiance en soi ou d’estime de soi
  • Stress, burn out

L’hypnose ericksonienne

L’hypnose est un état de conscience modifié que nous pouvons tous développer de manière naturelle à différents moments de la journée (par exemple, lorsque nous sommes absorbés par un livre, un film et que nous en « oublions » notre environnement).
Erickson (neuropsychiatre américain, 1902-1980), créateur de l’hypnose Ericksonienne envisage l’inconscient comme un réservoir de ressources utiles, riches de solutions.
L’état hypnotique permet un accès facilité à notre inconscient, et à ce réservoir de ressources.
L’hypnose n’est pas une relation de pouvoir du thérapeute sur le patient mais une relation de collaboration dans laquelle le patient est expert de son problème et propriétaire de ses capacités de changement.
L’hypnose permet de faciliter la mise en place de processus de changement.
L’hypnose s’inscrit souvent dans l’utilisation des autres approches psychothérapeutiques.
In fine, l’auto-hypnose permet de développer pour soi-même cette pratique dans certains contextes spécifiques.

Ma formation

  • Formée à l’Institut d’Hypnose Milton Erickson de Belgique (IHMEB)
  • Membre de la Société Belge d’Hypnose de Langue Française

La thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale s’est développée initialement dans les années 50 aux États-Unis.
Nos comportements et nos émotions sont dépendants de nos pensées. Hors, ces pensées sont souvent fugaces et inconscientes.
Cette démarche vise à aider le patient à identifier, modifier et remettre en question les pensées, les croyances, les émotions qui le bloquent ou le perturbent et à l’amener à modifier sa manière d’agir (son comportement).
La thérapie congnitivo-comportementale implique une participation active du patient.

Ma formation

  • Formation (Troisième cycle) à l’intervention clinique et à la psychothérapie cognitivo-comportementale à l’UCL
  • Membre de l’Association pour l’Étude et la Modification des troubles et la Thérapie du comportement (AEMTC).
  • Formatrice et superviseuse en thérapie cognitivo-comportementale (DES à l’ULB et 3ème cycle à UCL)

La thérapie de l’Acceptation et de l’Engagement (ACT)

La thérapie de l’Acceptation et de l’Engagement (ACT) fait partie de la troisième vague des thérapies comportementales et cognitives et utilise également le mindfulness (la méditation en pleine conscience).
La thérapie de l’ACT vise à enseigner une nouvelle manière de vivre avec la souffrance, les pensées et les émotions difficiles. Elle désamorce l’influence excessive des émotions sur nos actions en nous aidant à ne pas croire à tout ce que nous pensons. L’idée n’est pas de supprimer ou de lutter contre nos pensées mais de les accueillir pour avancer en direction de ce qui est important pour nous. Une métaphore souvent utilisée pour comprendre cette notion est celle d’un courant qui entraine au large. Plutôt que de s’affoler ou de tenter de rejoindre de force le rivage en s’épuisant à contre-courant, l’idée est de continuer à nager pour rester à la surface et accepter que le courant soit plus fort que nous.
L’acceptation n’est pas de se laisser couler, mais nager dans le courant. Celui-ci s’arrête toujours au bout d’un moment : on se retrouve alors sur le rivage. Dans l’ACT il n’y a pas que l’acceptation, il y a aussi l’engagement dans l’action et la réflexion sur les valeurs qui fondent notre existence.

Ma formation

  • Institut de Psychologie Contextuelle à Paris (Benjamin Schoendorff et Jana Grand)
  • Pratique de l’acceptation, de la pleine conscience et de l’engagement avec Kelly Wilson

La pleine conscience (Mindfullness)

La pleine conscience est issue de techniques de méditation bouddhiste. Elle vise à nous entrainer à porter notre attention sur le moment présent. En effet, bien souvent nous sommes entrainés dans la rumination du passé ou dans l’anticipation du futur… et nous gâchons le moment présent. Mais la vie consciente c’est la vie maintenant. Voilà comment la pleine conscience peut venir apporter sa contribution dans notre vie.

Ma formation

  • Université Catholique de Louvain (UCL), certificat universitaire d’intervention psychologique basée sur la pleine conscience : animation de groupe pour l’enfant et son entourage.

L’EMDR

L’EMDR (Eyes Movement Desensitization and Reprocessing) est une méthode thérapeutique développée par Francine Shapiro et utilisée au départ dans le traitement des traumatismes psychologiques (accidents, agressions, maltraitances,…). Cette démarche vise à une désensibilisation du traumatisme et donc à une diminution des symptômes jusqu’à ce que l’événement traumatique n’amène plus ou peu de perturbation. Elle se base à la fois sur un travail des mouvements oculaires et un travail sur les pensées (cognitions).

Ma formation

  • Integrativa, Institut Belge d’EMDR (Ludwig Cornil)
  • EMDR enfant et adolescent (Michel Silvestre)

La thérapie familiale

La thérapie familiale prend en compte l’ensemble de la famille.
Elle implique une approche globale, familiale, d’un problème vécu par un (ou parfois plusieurs) membre(s) de la famille. Considérant que l’individu vit dans un environnement en interaction avec d’autres personnes, c’est le système de relations (le contexte) qui va être le sujet de travail psychothérapeutique.
La thérapie familiale implique une participation active et une présence de tous les membres de la famille.

Ma formation

  • Initiation à la thérapie familiale et systémique à Psycho Belliard
  • Formée à la « Forestière », groupe de formation et de recherche en thérapies systémiques Bruxelles
  • Cours intensifs en Thérapie familiale à l’Accademia Psicoterapia de la Famiglia à Rome (Maurizio Andolfi)